meli-melo de moi

melimeloane

10 juillet 2007

La Chronique d'Oleanna [2]

J’ai le sourire qui dégouline le long de mon cou et mes pommettes qui se promènent jusqu’au bas de mes joues rosées. Je ne peux alors plus rien cacher, plus rien retenir. Je me rend ainsi aveugle aux douleurs alentours, je m’en contente, j’en avais besoin. Car je suis égoïste, je ne souhaite savourer le salé de mes larmes qu’en solitaire, sans encombrement, sans hypocrisie, sans pitié inutile. Je cherche quelque fois un regard de compassion, seulement pour avoir la sensation d’être moins seule, même si j’ai conscience qu’au fond c’est la même histoire, cette solitude inavouable et incurable.

Pour tout vous dire, je m’y suis enfermée pour le reste de ma vie. Je ne veux plus que le moindre regard se pose sur ma silhouette déformée, sur mon visage façonné par la négligence. Je ne veux plus que la moindre photographie reflète mon image tordue… Je me regarde à travers mon miroir et vois ainsi la vérité. Car la vérité est une vérité triste, déformée, étrange, mon visage abîmé. Il est ainsi bien plus en accord avec mon âme. J’ai appris à l’aimer comme j’ai appris à apercevoir son reflet ; je lui trouve un charme particulier que personne ne peut comprendre, une certaine beauté loin de toutes les conventions qui régissent le monde, ces principes de beauté sans importance, finalement. Je me trouve vraie, je me donne envie de pleurer. Je n’ai fait que mentir et voilà que la sincérité me rattrape !

Cependant, je serai blâmée de cette faute dès la fin du spectacle, je le sais. On n’a le droit que de mentir, sous le chapiteau, la vérité est une faute et le mensonge, la vérité. Mais je ne veux plus offrir du rêve aux enfants alors que je ne rêve plus moi-même ! Je ne veux plus faire rêver ces adultes en mal d’imagination, le mal du siècle ! Je veux leur apprendre le réel et les laisser entretenir par celui-ci leurs rêves sans les farcir d’une autre personnalité qui n’est pas la leur. Je ne veux plus mentir car même ceci est une partie de moi et je refuse de continuer à être payée pour offrir une partie de mon âme. Je me fatigue…

Posté par melimeloane à 00:46 - La Chronique d'Oleanna - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire